SAGAN Inconnue : Les Cahiers de l'Herne

Publié le par Ameleia

....
  
   .... Sagan c'est des dizaines de romans et de pièces de théâtre mais c'est surtout des entretiens pour lesquels elle est douée de génie. Comme personne elle parle d'elle, de ses romans, de l'ère du temps ; elle dit tout mais d'elle on ne sait rien. Elle pratique l'entretien en moraliste, cherchant la justesse plus que la vérité, elle s'attarde sur l'idée contournant l'anecdote qui fera vendre.

    Mais Sagan est aussi une chroniqueuse sans pareil : elle parle de voyages, de mode, de cinéma. Mieux que personne elle sait témoigner de son époque et de ses changements.
    L'Herne ressort une précieuse série de « Carnets » qui compulsent le meilleur des  entretiens et articles que l'auteur a publié dans divers journaux durant sa carrière : Vogue, Le monde, Elle, Femmes.  Petits joyaux à découvrir ou  redécouvrir...

  
                                     ....  Un certain regard , le plus épais, le plus dense de la série, interroge l'auteur sur chaque grand thème de son existence : de l'argent à la politique en passant par la mort, le bonheur et son travail d'écrivain bien sûr. On y retrouve l'intelligence spontanée et élégante de Sagan qui répond avec un aplomb déconcertant aux questions les plus intimes ou les plus improbables comme cette question triviale sur la sexualité qu'elle retourne en chef d'oeuvre : « La sexualité, l'érotisme, ça ne s'exhibe pas, ça se passe dans une sorte de nuit, c'est une cérémonie secrète, une messe noire et rouge ; quelque chose plutôt de rouge, noir et or, quelque chose de lyrique. Il y a des sentiments faits pour rester secrets ; l'abandon, la défaite, ce visage parfaitement nu qu'on ne peut maîtriser dans le plaisir. Une messe... » A lire absolument, par devoir d'intelligence. ...
  
   
   ...  A lire aussi, pour le plaisir et la curiosité, La petite robe noire où l'on découvre Sagan chroniqueuse de mode. C'est drôle, surprenant lorsqu'elle s'intéresse aux vêtements d'Adjani, ou qu'elle trace le portait de son ami Yves saint Laurent, très bourgeois bien sûr, touchant surtout lorsqu'elle parle des collections de Peggy Roche, les seuls mots jamais consacrés à sa compagne. ...



                                  


...  De très bons livres
, aussi recèlent quelques petits joyaux : un très bel entretien avec Josyane Savigneau, le fameux questionnaire de Proust, et enfin un petit texte d'une beauté bouleversante, une des plus belles lettres d'amour jamais écrite : « lettre d'adieu» ...



                                ...  Pour les Saganovores, vient juste de sortir le très bel


                                                                                    Artcile publié dans "Le magazine des livres" n°12.

                                                                                                                                  ... / ...

Publié dans Françoise SAGAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article