GONCOURT 2008 - Syngué Sabour, Pierre de patience d'Atiq RAHIMI,

Publié le par Ameleia


           
        De la Pierre à la Peau.           

    «Même blessé tu es épargné par la souffrance ! » hurle la femme au chevet de son époux gisant. Comment peut-il survivre lui, immobile, insensible à toute douleur, aux touchers, aux prières même, lui l'homme de guerre, le puissant combattant pour le Jihad, soudain frappé d'impuissance ?  Comment peut-il survivre à la balle qui s'est logée au creux de sa nuque comme un diadème qui ne le fait même pas saigner mais asservit et supplicie son épouse dans l'attente. Il a les yeux secs et ouverts sur le vide, « et c'est à moi d'en pâtir et c'est à moi d'en pleurer ! » crie la femme. L'homme survit parce qu'il ne souffre pas. Parce que c'est aux femmes de souffrir.  Il ne saigne pas parce qu'il est pur et que le sang revient aux impures. Il ne meurt pas parce qu'il n'a plus de corps. Voilà comment, même gisants et impotents, les hommes dominent et asservissent. Pourtant seule la souffrance qui soutient les femmes fait vivre. Voilà la lente prise de conscience de l'épouse. De la révolte désarmée et soumise à la réconciliation intime, le roman va suivre son cheminement intérieur.
     Elle parle. Elle se raconte et découvre le pouvoir libérateur du verbe. Ainsi se confie-t-elle au corps gisant comme, dit-elle, on se confie à «Syngué Sabour », la pierre qui recueille et accueille toutes les souffrances. Ainsi l'époux devient sa Syngué Sabour.         Et soudain, l'homme devient doux. Soudain le corps peut se caresser, caresser, exprimer l'interdit du désir, s'offrir à dire qu'il sait jouir. Et jouir. On retiendra entre autres scènes fondatrices, toutes  magnifiques, ce moment lustral où l'épouse caresse la barbe de l'époux avec le sang « impur » de ses règles et dit : « Tu es né de ce sang ! Il est plus propre que ton propre sang à toi ! »
    Entre tous les textes écrits sur les violences faites aux femmes, la beauté particulière  de ce roman provient de ce que la révolte coïncide avec le retour de l'amour et la réalisation du pardon. Le plaisir, sa maturité existe chez toutes les femmes. Il est présent, acquis, non comme une quête mais comme une lutte. Surtout, le plaisir existe et s'affirme comme inscrit dans l'Intelligence. Il existe contre sa répression écrite dans la loi.
    Le verbe conduit à la peau. L'épouse confie à l'époux ses actes interdits en même temps qu'elle renaît à elle-même avec le plaisir qu'elle peut recevoir et donner. Ainsi, elle inverse le rapport de force. La confidence peut-elle changer l'Autre ? « Tu es désormais possédé par ces secrets.»

    Syngué Sabour conte la fable universelle de la Femme et l'Homme. C'est un conte des Mille et une Nuits frappant de sensualité, moderne par sa cruauté et la réalité de la violence qu'il dénonce. Un chant magnifique sur la force de pardon des femmes et la puissance de leur verbe. Mieux qu'un Goncourt.

    Syngué Sabour, Pierre de patience, Atiq RAHIMI, P.O.L, 2008, 155 pages. GONCOURT 2008.

Publié dans Atiq RAHIMI

Commenter cet article

Nicolas 12/11/2009 22:57


En ce qui concerne je n'ai pas accroché à ce texte. L'histoire ne m'a pas captivé, et j'ai trouvé le style cru et loin d'être inoubliable. Ca se lit vite, certes, mais ça s'oublie rapidement
aussi...


Nicolas 12/11/2009 22:57


En ce qui concerne je n'ai pas accroché à ce texte. L'histoire ne m'a pas captivé, et j'ai trouvé le style cru et loin d'être inoubliable. Ca se lit vite, certes, mais ça s'oublie rapidement
aussi...


Ameleia 13/11/2009 10:00


hummm, je ne partage pas votre avis sur ce récit. Le style est assez proche de didascalies de théâtre en fait et la trame se veut économe à la manière d'un apologue... Cela vient aussi je pense de
la formation de cinéaste de l'auteur.
amicalement amélie


Laurène 09/01/2009 20:29

Lui aussi je vais aller l'acheter!!!! Dans quelle revue publiez-vous vos critiques? J'ai oublié le nom, et je suis donc dans l'incapacité absolue de le dire à mes parents!

Melle R. 09/01/2009 21:17


Je publie dans "La Magazine des livres". Je redonnerai l'information quand ne  numéro sortira mi janvier.
En attendant je rêve d'être une petite souris pour voir L'OPA sur Stéphanie Hochet !
Je suis sure qu'elle va adorer cette prise d'assaut !