La muette de Djavann Chahdortt

Publié le par Ameleia

             Le crissement du silence...


    Chadortt Djavann est irannienne. Elle est connue pour ses positions contre le voile islamique et son très bel essai Bas les voiles  paru au moment précis, souvenez-vous,  où se tenait le débat sur le voile à l'école.
Dans La Muette, elle produit une petite fiction qui dénonce les abus de pouvoir des mollahs  au nom de la morale, surtout,  les désastres particuliers qu'ils engendrent sur les femmes : asservir, violer, posséder, non pour moraliser mais, bien en deçà des préoccupations divines bien sûr, pour mieux satisfaire son champ de pulsions et de jouissance personnelle.

        Une journaliste reçoit un jour un manuscrit étonnant : le récit de vie d'une jeune fille de 15 ans condamnée à mort et rédigé pendant les derniers jours précédant son exécution. Dans ces pages, elle raconte son admiration pour sa tante paternelle qui est muette. Honnie par son handicap, cette femme n'intéresse personne sauf la petite fille qui tisse avec elle par une communication secrète, un lien supérieur de tendresse et d'intelligence. Elle n'intéresse personne sauf malheureusement le Mollah qui voit dans cette muette une seconde épouse idéale qu'il n'entendra jamais se disputer avec la première. Mais personne n'a vu que cette femme belle au demeurant, aime un homme en secret et finit un jour par s'en faire aimer. Surprise dans les bras de son amant, voilà qu'à peine promise au mollah, elle se retrouve coupable d'adultère par anticipation et condamnée à mourir par lapidation.
    Quelle sorte de justice s'applique au nom de Dieu que les hommes mâles n'appliquent que pour eux-mêmes ? Si la muette est exécutée pour adultère anticipé, on se demande alors quel crime a pu commettre la jeune narratrice pour être condamnée à son tour au même sort, mais à l'âge de 15 ans !

       Ce très court roman se lit comme une fable :  le récit réduit la narration à la trame minimale des évènements, traite les gestes, restitue les signes, avec une sobriété désarmante, d'autant plus bouleversante et cruelle que l'écriture est dénuée de toute plainte et d'appel à la pitié. Court et bouleversant.

©ameleia.

Chahdortt Dajavann, La muette, Flammarion, 2008, 117 pages.

Publié dans Djavann CHAHDORTT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la nymphette 19/11/2008 09:36

Effectivement, c'est ce que j'en avais retenu! Un récit sur la liberté et l'intrusion dans l'intimité du régime politique