Amuse bouche pour lire Les Misérables de V. HUGO.

Publié le par Ameleia

Lettre à mes  4ème V. et M.
   
                                                               
                Mes chers élèves,

        J'ai longtemps hésité avant de vous donner l'accès à ce blog. Je me disais que les propos qu'on y tenait n'étaient peut être pas toujours pour les enfants ! Eh bien, voilà qui est parfait ! Les misérables n'est précisément pas un livre pour les enfants ! C'est pour cette raison que je l'ai soumis à l'étude cette année.
    Saviez-vous que Les misérables est le roman le plus lu en Europe et certainement aussi dans le monde ? Qu'on a plus écrit sur lui que Hugo n'a pu écrire lui-même, ce qui est peu dire ? Savez-vous enfin que c'est le roman le plus adapté au cinéma et à la télévision ?
    Comment comprendre un tel succès, une telle attirance, opérés sur des générations ? L'engouement est tel, mes chers élèves, que je ne vois pas comment  il pourrait soudain s'arrêter avec vous !

    Les misérables est à la littérature ce que le Titanic est à la navigation : un géant insubmersible  qui coule de la fragilité et de la démesure de ses personnages.
    Imaginez une immense épopée dont le héros principal est le peuple. Ce peuple bien sûr que personne n'écoute, ne veut voir et dont la littérature ne veut pas entendre parler parce qu'elle ne traite que de sujets nobles, pas de l'ordinaire ni de l'immonde. Imaginez que soudain, l'écrivain promène son regard dans la fange, les quinquets de taverne, la crasse des ruelles, peigne ces misérables et s'attarde précisément sur le pire d'entre eux : un bagnard nommé Jean Valjean.
    Quel regard porteriez-vous vous mêmes sur un forçat qui sort de prison ? Diriez-vous qu'il a payé son tribut et racheté sa faute ? bien sûr ! Et vous, l'accueilleriez-vous chez vous pour lui rendre les devoirs de l'hospitalité parce qu'il vous demande du pain ?  Ah ... c'est délicat, n'est-ce pas ? Eh bien, si vous commencez à lire le roman, vous découvrirez qui a le courage d'héberger Jean Valjean et ce qu'il va advenir de lui à partir de ce moment très précis.
   
    Bonne lecture ! 

@Melle R.

Information inutile.
         
                            

 Le dernier numéro de Virgule est consacré à V. HUGO - disponible au CDI !
    Le dossier est absolument excellent !




Publié dans CANCRERIES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

biloute 17/05/2010 16:30


ce boukin c de la vré mousse (lol)
sang komen terre


quinquin 09/11/2008 20:44

et bien , il n'y a pas trop d'histoire , et ... j'ai trouvé ça un peu facile ...non ?
( ps , j'ai quand même bien rigolé

Melle R 10/11/2008 08:31


un peu facile ? Oh alors dans ce cas, si tu considères "Les Misérables" facile, eh bien je soumets au programme "la Chartreuse de Parme" ! C'est exactement ce que j'attendais! Merci !  


quinquin 09/11/2008 19:12

dsl , ça n'a rien a voir avec "les misérables" , mais franchement , "entre les murs " c'est pas génial...

melle R 09/11/2008 20:15


eh bien dis-nous ce que tu en penses...
ça nous fera un débat intéressant à suivre...


ophéli 07/11/2008 12:58

il é nul votre blog je suis un grand poéte et je pense ke c une insulte a la sosiété certain livrres non rien a faire sur ce blog jen parlerai au conseil général vz veré

Ameleia 07/11/2008 14:37


Fais attention grand poète anonyme : Je suis le conseil général !


anonymus 03/11/2008 20:26

Même pendant les vacances on pense à vous !!!
merci pour ce bel article qui nous est en plus spécialement destiné.
Vous m'avez donnez envie de lire ce pavé .
Pourquoi Victor Hugo écrit des choses si longues !

Melle R. 04/11/2008 13:07


Même pendant les vacances ? Quel professeur peut espérer un tel hommage ? ;)

Victor n'écrit pas de si  longues choses... Mais si, tu as raison, en réalité, il s'installe dans le temps. Il faut du temps pour une vie. Imagine qu'il fait évoluer ses personnages sur une
durée de 30 ans, Imagine que derrière ses personnages il y a un très grand siècle, complexe, violent, engagé, contradictoire, et qu'il faut faire évoluer des personnages au miroir de ce siècle qui
avance et surtout des idées qu'il véhicule...
mais on verra ça très bientôt...